Du punch à la «ponce»

Du punch à la «ponce»

Par: Catherine Ferland, PH.D., Historienne

Atchoum! Le temps des Fêtes est passé, mais l’inévitable saison du rhume bat son plein, exacerbée par les nombreuses rencontres sociales, poignées de main et embrassades. C’est parti pour la ronde des mouchoirs, de la toux, des yeux larmoyants, du sentiment de «faire pitié»… le tout assorti de la rercherche de tous les moyens possibles pour soulager cette misère! C’est alors que votre mère, votre douce moitié ou même un ami bien intentionné vous dit : «Et si tu te faisais une p’tite ponce?»

L’idée d’utiliser de l’alcool fort pour se «soigner» n’a pas été inventée dans nos vieilles campagnes québécoises : elle est beaucoup plus ancienne que cela! En fait, cet usage remontre pratiquement à la fin du Moyen Âge. La sensation de chaleur produite par l’alcool distillé faisait partie des stratégies employées pour corriger les refroidissements, assécher le surplus d’humidité et de phlegme (bon, on ne vous fera pas de dessin, vous saisissez l’idée) dans le but de retrouver l’équilibre associé à la bonne santé.

Seul ou en mélange? Créer un punch en amalgamant l’alcool à d’autres ingrédients, comme des agrumes, des épices et même d’autres boissons, est une pratique qui nous viendrait des corsaires : on en reparlera d’ailleurs dans un futur billet. Mais qu’on prenne l’alcool pur ou mélangé à autre chose, c’est bien le punch qui a donné naissance à ce qu’on appelle la fameuse «ponce» au 19e siècle. Et les spiritueux comme le gin et le cherry sont omniprésents dans les stratégies médicinales de nos ancêtres.

Même si on sait aujourd’hui que seul le temps peut venir à bout du rhume, j’ai quand même envie de vous livrer ma recette familiale de ponce : il s’agit du «sirop 4 par 4» qui m’a été transmis par ma grand-mère paternelle dans les années 1990. Prenez des quantités égales de jus de citron, de miel, de glycérine et de gin. Mettez en bocal et mélangez bien, puis administrez quelques cuillerées à l’adulte enrhumé. Conservez le reste au réfrigérateur. Ça ne guérit pas, bien sûr… mais le goût est excellent et ça fait du bien!

Date: 10 février 2020

FlecheRetour à nos histoires